D’Oran à Barbès, sur les routes du raï

24 mars 2017 - 18:30

Le raï fut, dans les années 1990, un véritable phénomène musical. Porté par des représentants tels que Cheb Hasni, le libertinage sulfureux loué par le raï a séduit, mais aussi scandalisé toute une génération de part et d’autre de la Méditerranée. Quelle est  l’origine exacte de ce style musical ? Comment le raï est-il devenu un outil d’émancipation et de contestation pour la jeunesse algérienne ? Quel rôle a joué Barbès dans sa production et sa diffusion?

François Bensignor, Bouziane Daoudi et Michel Lévy sont les témoins du temps où Cheb Khaled faisait résonner l’Opéra Garnier de son célèbre Aïcha. Ils discuteront avec l’historienne Naïma Huber-Yahi de cette musique populaire, brutalement délaissée.

La conférence sera suivie d’un karaoké franco-arabe et d’un dj-set de Toukadime (plus d’informations ici).

Avec

François Bensignor, journaliste musical depuis les années 70 et spécialiste des musiques du monde. Il préside le Collectif Musiques et Danses du Monde en Île-de-France.

Bouziane Daoudi, journaliste en musiques et directeur de rédaction du magazine papier World musiques destinations. Il est coauteur de nombreux livres sur le Raï et rédacteur en chef du site akhaba.com.

Michel Levy, producteur indépendant, dénicheur de talents et manager de Cheb Mami pendant 22 ans. Il est l’une des figures historiques de l’émergence du raï en France.

modération

Naïma Huber-Yahi, historienne, chercheure associée à l’ Université de Nice Sophia-Antipolis. Elle est spécialiste de l’histoire culturelle des artistes algériens en France et directrice de l’association Pangée Network.

En partenariat avec

Pangée Network

Cheb Khaled © Génériques

Facebooktwittergoogle_pluspinterestFacebooktwittergoogle_pluspinterest