Soutien à la création artistique

L’Institut des Cultures d’Islam est engagé dans une politique de soutien à la création. Initiée en 2010 avec la résidence de Hassan Hajjaj à l’Institut, cette action s’est consolidée au fil du temps, notamment en 2011 avec le projet The Goutte d’Or ! de Martin Parr ou encore en 2014 avec la série La Goutte d’Or du photographe Abbas à l’occasion de l’ouverture de l’ICI Stephenson. À partir de 2016, l’ICI développe cette politique en commissionnant une à plusieurs œuvres par exposition à des artistes ­émergents. Découvrez ci-dessous les projets menés ces cinq dernières années.

L’Art dans la Ville

Les œuvres dans l’espace urbain

Depuis 2016, l’Institut des Cultures d’Islam présente à chacune de ses expositions temporaires une œuvre dans l’espace urbain, sur les façades de l’ICI Léon ou à l’angle des rues Stephenson et Doudeauville. Visible jour et nuit par les passants, ces œuvres sont une invitation à pousser les portes de l’Institut pour en découvrir plus.

Sept œuvres ont ainsi été exposées dans l’espace urbain :

  • On a distillé quelques larmes d’opal (œuvre de Josèfa Ntjam produite pour l’exposition Croyances : faire et défaire l’invisible, mars à octobre 2020)
  • Les trois Aïn (œuvre de Meen One produite pour l’exposition L’œil et la nuit, septembre 2019 à février 2020)
  • Beirutopia (installation de Randa Mirza produite pour l’exposition C’est Beyrouth, mars à juillet 2019)
  • An Hundred Hopes (tribute to street fighters) (installation de Soni Irawan produite pour l’exposition Java : Art Energy, septembre 2018 à février 2019)
  • La dernière phrase. Hommage à Hélène Cixous (œuvre pérenne de Tarek Benaoum produite pour l’exposition Lettres Ouvertes : de la Calligraphie au Street Art, octobre 2017)
  • I Will Dream (œuvre de Bahia Shehab produite pour l’exposition Lettres Ouvertes : de la Calligraphie au Street Art, octobre 2017 à juillet 2018)
  • Berberian Memories (œuvre de Tarek Benaoum produite à l’occasion de Fraternité Générale, novembre 2016 à juillet 2017)
Les résidences artistiques

Depuis 4 ans, l’Institut des Cultures d’Islam a pu accueillir trois artistes en résidence artistique.

En 2016, l’artiste tunisienne Faten Gaddes est en résidence à l’ICI pour la réalisation du projet Ma Goutte d’Or, initié à Tunis. Cette série photographique met à l’honneur les habitants, commerçants et acteurs du quartier, invités à prendre la pose sur un fond de décor burlesque d’un studio photographique des années 1900. Une constellation de portraits était à découvrir sur la façade de l’ICI Goutte d’Or, au FGO-Barbara et partout dans le quartier, au détour d’un commerce ou d’un lieu partenaire du festival Magic Barbès. Pour visionner les images du making of du projet de Faten Gaddes, cliquez ICI.

En 2017, Anne-Flore Cabanis est désignée  lauréate de l’appel à projet lancé par l’ICI et FGO-Barbara pour le festival Magic Barbès 2017, placé sous le signe de l’insolence. Pendant deux mois, l’artiste est allée à la rencontre des habitants qui font la vitalité de la Goutte d’Or et a exploré avec eux le thème des insolences historiques et contemporaines dans ce quartier. Au terme de ces échanges, elle a recueilli des paroles et des sons qui ont été à découvrir en suivant des jeux de mots inscrits en couleurs sur les trottoirs et la chaussée, mêlés à celui des lignes colorées dessinées par l’artiste. Des points d’écoute de créations sonores ont ponctué le parcours, ébruitant de grandes et petites insolences. Pour (ré)écouter les créations sonores proposées à cette occasion, cliquez ICI.

En 2019, dans le cadre de l’appel à projet Embellir Paris, l’Institut des Cultures d’Islam a proposé à l’artiste Randa Maroufi de créer une œuvre répondant au contexte de Barbès, avec le soutien de la fondation Emerige. Une vingtaine d’images en grand format sont installées depuis l’été 2019 le long du boulevard de la Chapelle et sous le métro aérien. Elles cherchent à susciter une prise de conscience sur l’occupation majoritairement masculine de certains sites. Découvrez le dossier que nous consacrons à ce projet en cliquant ICI.

L’Art dans nos murs

Les œuvres in situ

Chaque année, l’ICI et les commissaires invités proposent à un artiste de venir produire in situ une œuvre qu’il crée « sur mesure » pour les espaces d’exposition de l’institution. L’artiste reste alors plusieurs jours voir plusieurs semaines à l’Institut pour créer.

Neuf œuvres ont ainsi été réalisées in situ depuis 2016 :

  • Le Buraq (œuvre de Mourad Salem produite pour l’exposition L’œil et la nuit, septembre 2019 à février 2020)
  • Sumur Magung (œuvre de Maryanto produite pour l’exposition Java : Art Energy, septembre 2018 à février 2019)
  • Pesantren Kilat (Swap Market) (installation de GUDxSKULL produite pour l’exposition Java : Art Energy, septembre 2018 à février 2019)
  • SEKE (installation de Zico Albaiquni produite pour l’exposition Java : Art Energy, septembre 2018 à février 2019)
  • Mosul Eye Buro (installation de Mosul Eye produite pour l’exposition Bagdad mon amour, mars à juillet 2018)
  • You who travel with the wind, what weathervane shall direct your course ? extrait du Prophète de Khalil Gibran (installation de Sarah Ouhaddou produite pour l’exposition Lettres Ouvertes : de la Calligraphie au Street Art, octobre 2017 à février 2018)
  • Callidanse (performance de Smaïl Kanouté et SIFAT produite pour l’exposition Lettres Ouvertes : de la Calligraphie au Street Art, octobre 2017 à février 2018)
  • Série Abbasside I, Coupe (œuvre de Mari Minato produite pour l’exposition Lettres Ouvertes : de la Calligraphie au Street Art, octobre 2017 à juillet 2018)
  • TAWB, mausoleum fragments (œuvre de Mehdi-Georges Lahlou produite pour l’exposition Sacrés Graines, septembre 2016 à janvier 2017)
Production d’œuvres pour les expositions

En tant que centre d’art contemporain, l’Institut des Cultures d’Islam produit des œuvres pour ses expositions. Cette action permet à la fois de soutenir les artistes et de proposer au public des travaux  dont le propos résonne avec les missions de l’ICI, à savoir faire connaître la diversité des cultures d’Islam et leur dynamisme dans la création contemporaine à travers le globe. 

Dix œuvres ont ainsi été produites depuis 2016 :

  • Sufic Triptych (œuvres de Armen Agop produites pour l’exposition L’œil et la nuit, septembre 2019 à février 2020)
  • Paon (œuvre de Walid El MAsri produite pour l’exposition L’œil et la nuit, septembre 2019 à février 2020)
  • Sans titre (œuvre de Saad Qureshi produite pour l’exposition L’œil et la nuit, septembre 2019 à février 2020)
  • On War and Love (œuvre de Fouad Elkoury produite pour l’exposition C’est Beyrouth, mars à juillet 2019)
  • Abandon (œuvres de Cha Gonzalez produites pour l’exposition C’est Beyrouth, mars à juillet 2019)
  • La liberté Giyanti (œuvre de Eddy Susanto produite pour l’exposition Java : Art Energy, septembre 2018 à février 2019)
  • Sans titre (installation de Walid Siti produite pour l’exposition Bagdad mon amour, mars à juillet 2018)
  • The Cosmic room (installation de L’Atlas produite pour l’exposition Lettres Ouvertes : de la Calligraphie au Street Art, octobre 2017 à février 2018)
  • Ya Rahi (œuvre de Katia Kameli produite pour l’exposition Rock the Kasbah, mars à juillet 2017)
  • Sans titre (vidéo) (œuvre de Yazid Oulab produite pour l’exposition Sacrés Graines, septembre 2016 à janvier 2017)