Yazid Oulab

logo-ici-laA l’occasion de l’ouverture du nouveau bâtiment, les artistes invités investissent l’espace dans toute sa dimension architecturale, du hall au patio, des salles d’expositions aux escaliers. L’ICI propose une visite artistique qui ouvre sur les cultures d’Islam ainsi que sur le quartier de la Goutte d’Or.

Placé sous le titre Ici, là et au-delà, l’événement rassemble la présentation des œuvres de quatre artistes :
AbbasYazid OulabPatrizia Guerresi Maïmouna et Bruno Lemesle.

 

 

Artiste franco-algérien, né en 1958 à Constantine, Yazid Oulab est diplômé de l’École des Beaux-Arts d’Alger et de l’École d’art de Luminy à Marseille. Son travail a été fortement marqué par sa résidence à l’atelier Calder, à Saché (37), en 2009. Il a montré ses travaux aux Abattoirs de Toulouse, au Centre Georges Pompidou et dans plusieurs FRAC, ainsi qu’à New York, Alger, Ankara ou Tokyo.

Utilisant des médias aussi divers que le dessin, la vidéo, la sculpture, l’installation, il explore et invente des formes d’écriture. Empreintes de spiritualité, ses œuvres sont inspirées à la fois de la poétique soufie, des souvenirs de son arrivée en France, et parcourues de références matérielles au monde ouvrier. L’artiste offre ainsi un travail polysémique, libre d’interprétation. Installées dans les lieux forts de l’ICI Goutte d’Or, entre le puits de lumière et les espaces de circulation, les œuvres de Yazid Oulab habitent ainsi l’espace dans toute leur résonance.

 

Astrolabe

2013, acier, 360 x 310 x 4cm

L’Astrolabe est une création originale, installée dans le puits de lumière de l’ICI Goutte d’Or. Œuvre emblématique du voyage et de l’exil, elle interroge notre rapport au temps et à l’altérité. Cette sculpture de métal monumentale est un objet hybride qui convoque à la fois l’astrolabe, outil de navigation maritime, le cercle d’une boussole, une mire ou une cible visant au loin, très loin, un autre rivage.

 

Constellations

2012, terre cuite

Mains © Yazid Oulab
Mains © Yazid Oulab

Constellations est constitué d’une série de petits personnages en terre cuite qui, mis en résonance en position de prière, évoquent un mur d’escalade. Chacun d’entre eux peut alors être vu comme un maître spirituel,  une étoile ou un appui. Constellations se rapporte à la mythologie et s’inspire également de la poétique soufie : l’installation commune de ces identités fait naître un territoire nouveau, des prises, un chemin, qui interrogent notre perception de l’élévation spirituelle.

Mains

2013, fil de fer barbelé, 150 x 190cm,

M’aimes-tu ?

2013, fil de fer barbelé, 72 x 85cm,

Mektoub,

2013, fil d’inox barbelé, 110 x 30 cm

Avec ces trois œuvres, le fil barbelé devient écriture poétique par le déroulé de ses entrelacs. Dans le fil de cette écriture, l’agressivité du barbelé interroge le sens du message. Le matériau et le propos illustrent la dualité de l’héritage culturel de l’artiste dans un hommage fait à l’ouvrier.  

 

Stylites urbaines

deux dessins encadrés, encre sur papier, 30×40 cm

Les stylites tirent leur noms d’une catégorie d’ascètes qui se retiraient  au sommet d’une ruine, d’une  colonne ou d’arbres pour vivre au plus près du divin, sans jamais descendre sur terre. La verticalité de l’édifice rappelle la graphie de la lettre “Alif “, première syllabe, en arabe, du mot “lis, apprends”. On retrouve ainsi ici la thématique de l’élève, métaphore centrale de l’œuvre de l’artiste.

 

Résonances

deux dessins encadrés encre sur papier, 30×40 cm

L’artiste a placé dans un tronc d’arbre des personnages miniatures en méditation, issus de diverses communautés religieuses et spirituelles. Les nœuds du bois font alors référence aux vibrations de chaque être, à l’énergie qui les lie les uns aux autres.