Bagdad mon amour

Artistes :

Sherko ABBAS, Latif AL ANI, Resmi AL KAFAJI,

Ali ASSAF, Salam ATTA SABRI, Julien AUDEBERT,

Dia AZZAWI, Himat, Hanaa MALALLAH,

Mehdi MOUTASHAR, Mosul Eye Bureau,

Michael RAKOWITZ, Jewad SELIM, Lorna SELIM,

Walid SITI, Sharif WAKED et Ala YOUNIS

Commissariat :

Morad MONTAZAMI

Direction artistique :

Bérénice SALIOU

Direction générale :

Stéphanie CHAZALON

 

29.03.18 > 29.07.18

🇫🇷 L’exposition Bagdad Mon Amour s’intéresse aux stratégies artistiques de réinvention du patrimoine irakien, ravagé par des décennies de guerre. Majoritairement originaires d’Irak, les artistes réunis ici cherchent à surmonter les pillages et les destructions des musées et des sites archéologiques, de Bagdad à Mossoul. Ces phénomènes, déjà présents sous Saddam Hussein, ont été systématisés depuis les années 2000 suite à la deuxième guerre du Golfe menée par les Etats-Unis et leurs alliés, et plus récemment avec les massacres culturels perpétrés par le groupe terroriste Etat Islamique.

En révélant la pulsion protectrice de ces artistes, qui s’exprime sous la forme de l’allégorie, de la parodie, de l’archéologie ou du montage, Bagdad Mon Amour convoque l’utopie d’un « musée sans mur » pour affronter la catastrophe irakienne. Loin de la nostalgie, une constellation d’œuvres d’art moderne et contemporain, de documents d’archives et de signes nomades célèbre une culture visuelle qui résiste à l’effacement. L’inquiétude générée par les objets-fantômes, disparus des musées, laisse place à l’imagination collective pour esquisser une possible renaissance de Bagdad, entre gestes de préservation et de réinvention.

 

🇬🇧 The exhibition Bagdad My Love is a reflection on the artistic strategies for the re-invention of the Iraqi cultural heritage ravaged by decades of wars. Predominantly from Iraq, the artists gathered here are trying to overcome the looting and destruction of museums and archeological sites, from Baghdad to Mosul. These phenomena, which already happened under Sadam Hussein, became systematic since the 2000’s following the second Gulf war conducted by the United States and their allies, and more recently with the cultural massacres carried out by the Islamic State terrorist group.

By revealing these artists’ protective impulse, which expresses in various forms of allegory, parody, archeology or montage, Bagdad mon amour conveys the utopian idea of a “museum without walls” in order to confront the Iraqi catastrophe. Far away from nostalgia, a constellation of modern and contemporary art pieces, of archives and nomadic signs, celebrate a surviving visual culture which resists obliteration. The growing anxiety generated by ghost-objects, disappeared from the museums, gives way to the collective imagination, in order to sketch a possible renaissance of Baghdad, between gestures of preservation and re-invention.

with the support of

 

Makiya Kufa

Institut Français Irak

la Fondation de l’Islam de France

Medias

Architecture Aujourd’hui, Artistik Rezo, Le Bonbon, Le Courrier de l’Atlas, D’ailleurs et d’ici, France Culture, France Medias Monde, On Orient, Paris Mômes, Radio Orient, Respect Magazine, Salamnews, Saphirnews.com, Télérama, TV5 MONDE