Bagdad mon amour

Avec les oeuvres de Sherko Abbas, Latif Al Ani, Resmi Al Kafaji, Ali Assaf, Salam Atta Sabri, Julien Audebert, Dia Azzawi, Himat, Hanaa Malallah, Mehdi Moutashar, Mosul Eye Bureau, Michael Rakowitz, Jewad Selim, Lorna Selim, Walid Siti, Sharif Waked et Ala Younis

Commissariat: Morad Montazami

Direction artistique : Bérénice Saliou

L’exposition Bagdad Mon Amour s’intéresse aux stratégies artistiques de réinvention du patrimoine irakien, ravagé par des décennies de guerre. Majoritairement originaires d’Irak, les artistes réunis ici cherchent à surmonter les pillages et les destructions des musées et des sites archéologiques, de Bagdad à Mossoul. Ces phénomènes, déjà présents sous Saddam Hussein, ont été systématisés depuis les années 2000 suite à la deuxième guerre du Golfe menée par les Etats-Unis et leurs alliés, et plus récemment avec les massacres culturels perpétrés par le groupe terroriste Etat Islamique. En révélant la pulsion protectrice de ces artistes, qui s’exprime sous la forme de l’allégorie, de la parodie, de l’archéologie ou du montage, Bagdad Mon Amour convoque l’utopie d’un « musée sans mur » pour affronter la catastrophe irakienne. Loin de la nostalgie, une constellation d’œuvres d’art moderne et contemporain, de documents d’archives et de signes nomades célèbre une culture visuelle qui résiste à l’effacement. L’inquiétude générée par les objets-fantômes, disparus des musées, laisse place à l’imagination collective pour esquisser une possible renaissance de Bagdad, entre gestes de préservation et de réinvention.

Tout au long de l’exposition, de nombreux événements mettent à l’honneur l’Irak de l’antiquité à nos jours. Venez écouter “L’Épopée de Gilgamesh”, l’un des plus anciens récits du monde, danser avec le quartet Radio Bagdad sur des sonorités à la croisée de l’orient et de l’occident, et vous laisser émouvoir par l’idylle de Salima Mourad et Nazem El Ghazali, grands chanteurs irakiens du début du XXe siècle. Participez aux conférences sur la sauvegarde du patrimoine en zones de conflits, la situation des journalistes en Irak, la bataille de Mossoul, le modernisme architectural et littéraire irakien, ou encore l’histoire de grandes figures comme le philosophe Al-Farabî, le poète Al Mutanabbî et le calife Al-Ma’mun.

Avec les films et documentaires, plongez dans le quotidien d’une famille avant et après la chute de Saddam Hussein, au cœur du destin méconnu de l’archéologue et espionne Gertrude Bell, dans les paysages grandioses du Kurdistan et dans le dédale des rues fantasmées d’un Bagdad en Technicolor…

Constructions babyloniennes en LEGO®, embarquement pour “Le voyage de Zyriab” de Bagdad à l’Andalousie dans les pas d’un poète musicien, ciné-goûters et ateliers de pratiques artistiques invitent aussi le jeune public à découvrir d’autres horizons. Et à l’occasion du ramadan, l’ICI propose chaque samedi une soirée exceptionnelle : contes des Mille et Une Nuits, puis iftars à partager en famille ou entre amis, suivis de spectacles et projections en plein air.

De mars à juillet, Bagdad et l’Irak sont à voir et à aimer à l’ICI !

visuel: Latif Al Ani, Shorja Street, Bagdad, 1950 (détail) © Latif Al Ani, courtesy Ruya Foundation

 

Bagdad mon amour est placée

 

et bénéficie du soutien de

Makiya Kufa

Institut Français Irak

la Fondation de l’Islam de France