Condition Ovine - Célébrités

Exposition
16.09.20 > 15.11.20
Pont Saint-Ange

Du 16 septembre au 15 novembre 2020, l’Institut des Cultures d’Islam présente, sur le pont Saint-Ange, la série Condition Ovine – Célébrités de Nabil Boutros, en partenariat avec les mairies du 10e et du 18e arrondissement, la direction des affaires culturelles et le comité d’histoire de la Ville de Paris.

Nabil Boutros devant ses œuvres

Ironisant sur la condition humaine, les 46 portraits de moutons photographiés par Nabil Boutros soulignent l’individualité de chaque membre du troupeau. Ce traitement artistique, inhabituel pour des animaux, questionne les phénomènes de masse qui annihilent tout sens critique dans nos sociétés, mais aussi la relation du spectateur au vivant, qu’il s’agisse de se nourrir ou de s’inscrire dans une pratique rituelle.

Condition Ovine – Célébrités © Nabil Boutros

Pour l’artiste, le sacrifice du bélier est à l’origine une pratique banale dans le milieu bédouin du Moyen-Orient d’où sont issues les trois religions monothéistes. Le mouton est un symbole nomade que l’on retrouve dans les récits des hébreux puis dans le christianisme et l’islam, notamment avec le sacrifice du fils d’Abraham/Ibrahim, épargné et remplacé par un bélier.

exposition sur le pont Saint-Ange


Ces œuvres sont présentées à l’occasion de l’exposition Croyances : faire et défaire l’invisible, à découvrir à l’Institut des Cultures d’Islam
jusqu’au 27 décembre 2020 : loin du panorama et des stéréotypes, seize artistes se saisissent de façon poétique, critique ou décalée de la question du « croire », de ses conventions, pratiques et représentation.

Le choix des moutons n’était pas un hasard, et les différentes entrées possibles rendaient ce choix encore plus intéressant. La notion de sacrifice est l’une d’entre elles.

Les récits bibliques des hébreux utilisent à profusion les motifs et les symboles nomades dont une figure importante est précisément le mouton (bélier, brebis, agneau). Le christianisme a repris ces symboles pour la simple raison que Jésus était juif et issu du même milieu. Il en a été de même pour l’islam qui a reconnu et repris les révélations des deux autres religions et qui est également issu du même environnement. Étant donné que l’ensemble des adeptes de ces trois religions forme la majorité des croyants sur terre, ces symboles sont presque devenus universels.  »

Nabil Boutros

Retour aux expositions passées

Artiste : Nabil BOUTROS

Direction générale : Stéphanie CHAZALON

Direction artistique : Bérénice SALIOU

Avec le soutien de
Pont Saint-Ange
39ter, boulevard de la Chapelle, 75010 Paris

Comment s’y rendre ?